Sont-ils tous devenus fous ?

Publié le par GrandNicolas

J'adore manger de la viande. De la bavette, de l'onglet, de la hampe, des cotes de porc caramélisées, du magret de canard, du foie gras de canard, et bien sur des coeurs de canard. Mais j'adore aussi le Nutella, le sucre en général, le Coca-Cola, bref, tout ce qui ne ressemble pas à un légume, en fait.

J'adore les belles voitures. J'adore la F1, le bruit d'un moteur à combustion d'exception, l'adrénaline des sports mécaniques, que je pratique chaque fois que je peux. Je suis dingue de karting mais aussi de jetski.

J'adore l'avion, le sentiment enivrant de liberté que je ressens lorsque je me rends à l'aéroport et que je sais que quelques heures plus tard, j'aurais pu aussi bien changer de dimension que de pays tellement le paysage que j'aurais sous les yeux sera différent de celui que j'aurais quitté. Mais j'adore aussi l'avion simplement à regarder, pour la beauté de son aérodynamisme, et j'adore les voir passer dans le ciel et chercher sur mon téléphone la destination vers laquelle il part.

J'adore en hiver quand je pars de Montréal pour 1h de route et que j'arrive en bas des pistes de Bromont, et que je me retrouve à skier toute une soirée avec la vue sur les lumières des villes en plaine.

J'adore la technologie. J'adore découvrir de nouvelles technos, et la découverte des plus importantes qui ont parsemé ma vie sont parmi mes meilleurs souvenir : la première console, la première GameBoy, mon premier pc, ma première découverte d'internet, la 1ère fois que j'ai vu le wifi à l’œuvre, la 1ère fois que j'ai téléchargé un titre sur Napster en 4ko/s, mon premier film (Braindead, en 128 ko/s, cela m'a pris les 3 premiers jours suivant l'installation de ma 1ère connexion ADSL à domicile), mon premier lecteur mp3, premier cellulaire, mon premier iphone. Mon premier casque de VR, ma folie techno du moment.

J'adore savoir que nous sommes à quelques années seulement des premiers voyages stratosphériques, et voir l'Espace est ce qu'il me tarde le plus maintenant de connaitre dans ma vie. Il me tarde aussi de voir l'homme remarcher sur la Lune, et j'espère sur Mars.

J'adore être à une époque où soigner une dent n'implique plus de l'arracher avec une tenaille, où une opération est bénigne et ou l'on peut soigner, le plus souvent avec succès, les maux les plus compliqués.

J'adore ma liberté, de pouvoir dire et penser ce que je veux comme je viens de le faire sans risque de me faire arrêter pour cela. J'adore la liberté, celle qui fait que personne ne peut se mêler de mes choix, tant que ceux ci restent dans une légalité générale et que les contraintes sont minoritaires et admises par tous.

 

J'exècre tout ceux qui veulent transformer toute cette liberté, tout cela en un cloaque où tout serait interdit, contrôlé, limité, jalousé.

La lutte contre le Co2 n'est pas une lutte "pour la planète" mais une lutte contre la liberté, et elle ne peut que très, très mal finir. Car dès lors que l'on considère comme cela en prend aujourd'hui la direction que la lutte contre l'émission de Co2 est prioritaire sur tout le reste, il n'est que trop certain que cela finira au vu de  l'escalade actuelle par l'arrivée des guerres écologiques, des croisades antipollueurs et des "éliminations" d'émissions humaines de Co2 "jugées" inutiles.

Je préfère encore un monde potentiellement plus instable climatiquement que ce véritable cauchemar écologique qui se profile.

 

Sont-ils tous devenus fous ?

Commenter cet article