Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

3 articles avec primairesusa2016

When the analysis of primary shows that Trump is the likely future 45th president of the United States.

Publié le par GrandNicolas

While all analysts have heavily -Unfortunately- been misled into believing that the Trump candidacy would deflate during the Republican primaries, these same analysts now drafting new beautiful columns in which one you can see them saying that anyway, a Republican candidate Trump would be literally swept by the candidacy of Democrat Hillary Clinton.

How is it possible to be so wrong also automatically in a so short time ?

Trump is the likely future 45th president of the United States, and if this perspective is far from rejoicing me, I'm going to explain why, not on a partisan analysis "the finger in the air" and smoky theory, but rather on a comprehensive analysis of data available so far, and which announce this disastrous result.

As everyone knows, to be elected President of the United States does not implicate a majority of voters, but a majority of electors votes by States. Thus, and in order to become president of the United States, you need to get 270 of those electorals votes from 538 availaible. The number of electors by state is calculated from the demographics. Also, the currently assigned number of electors of each State has been calculated from the last major census conducted in the USA in 2010 and the current distribution is the same as that which was applied to the 2012 election (Barack Obama reelected against Mitt Romney). Note that during the last major census, the states of the Northeast have mostly lost electoral votes, in favor of those of the great South, which will be real important (I'll come back on this later).

When the analysis of primary shows that Trump is the likely future 45th president of the United States.

Let's talk about Swing States. What you should know is that on all presidential elections since 2000, plenty of states always vote for the same party. Thus, on all 50 states of United States, and that in 2000, 2004, 2008 and 2012, only 10 have changed of political color to at least one recovery. Those States are the states of Nevada, Colorado, New Mexico, Iowa, Indiana, Ohio, Florida, Virginia, North Carolina, New Hampshire.

When the analysis of primary shows that Trump is the likely future 45th president of the United States.

Therefore, we can predict without much risk of error that the next election will still be played on only these 10 States. This is important, because it means that even before the real beginning of the elections, Democrats begin the presidential race with a potential of 242 electors already acquired, and with only 28 more to win on these famous Swing States to be sure of winning the presidential election. Besides, the Republicans begin the race with a total of 180 electors already acquired, and the need to earn a total of 90 to win the election.

When the analysis of primary shows that Trump is the likely future 45th president of the United States.

On paper and therefore, the elections sounds good for the Democratic candidate, assuredly Mrs. Clinton.

But it would be a huge mistake to really trust that.

Indeed, the Republicans are clearly on the rise. What you must see is that between his election in 2008 and 2012, President Obama lost two great States, Indiana and North Carolina, for a total of 26 electoral votes (I count them in Swing States, but there is a high probability for them of staying Republicans). Also, he (Obama) has emerged only narrowly in 2012 in Florida, Virginia and Ohio, also 3 Swing States States corresponding to a total of 60 electoral votes, and these States naturally lean more towards the Republicans! To sum up, and still on paper, a total of 86 electoral votes from the Swing States lean toward to the Republicans ... and we approach the 90 to achieve. But that's not all.

Now study the Republican primary and Democrats who are currently playing, and delivered their results in already 7 of the 10 Swing States. And what can we observe ?

When the analysis of primary shows that Trump is the likely future 45th president of the United States.

In these States, the sum of Republican activists which has voted for the primary is systematically and always higher than the sum of Democrats. Sure, we can relativize by considering that a fan of Marco Rubio may not vote for Trump. The fact is that it's also true that a fan of Sanders cannot be automatically transfered to Clinton.

I honestly do not pretend that my analysis is infallible, and there is hope that Republican voters will not sustain up the discourse of Trump. But the fact is that Clinton is for many Republicans (and not only !) a foil that could lead them to vote for the Republican candidate, whoever he is. A bit like in France, the conservative voters voted for Sarkozy in 2012 despite the fact that they were clearly disappointed by him, and as just as many socialists voters ultimately vote to support "their" government despite they hate it, because they consider they still are from the same "family".

Thus, and if we only stick to the analysis of Democrats votes against Republicans votes, the conclusion is clear: the Republicans beat the Democrats in Iowa, New Hampshire, Nevada, Virginia , North Carolina, Florida and Ohio. For a total of 91 electoral votes ... 1 more than enough for Trump to become president of the United States.

You consider that after all, it's only a primary and the number of voters in the primary is not representative of the number of voters in the presidential? So here is a table which comparing in these 7 states the number of voters for presidential elections in 2012, and the number of voters in the 2016 primary (Democrats and Republicans cumulative).

(The values are in thousands)

(The values are in thousands)

As you can see, in Virginia, North Carolina, Florida and Ohio, more than 46% of the stock of the voters who voted in the 2012 presidential election and vote in the 2016 presidential election (with few minor variations) voted to primary! Better, 74% of the stock of New Hampshire voters voted! Enough to say that the result of the New Hampshire vote in the 2016 presidential election is already known, and that's again a State which landed into the hands of the Republicans, so Trump.

Now, you can understand that what seemed only a Hollywood scenario six months ago is about to become reality.



Translated from French, original version is here.
Her
e is another article about primary, and Trump chances.

Quand l'analyse des primaires démontre que Trump est le probable futur 45eme président des Etats-Unis.

Publié le par GrandNicolas

Alors que l'ensemble des analystes se sont -hélas- lourdement fourvoyés en croyant que la candidature Trump allait se dégonfler au moment des primaires Républicaines, ces mêmes analystes rédigent aujourd'hui de nouvelles belles chroniques dans lesquelles on peut les voir se rassurer à bon compte en disant que de toute façon, un Trump candidat des Républicains serait littéralement balayé par la candidature de la démocrate Hillary Clinton.

Comment est-il possible de se tromper aussi automatiquement en un temps aussi rapproché ?

Trump est le probable futur 45ème président des États-Unis, et si cette perspective est loin de me réjouir, je vais vous expliquer pourquoi, non pas sur une analyse partisane, sur du doigt en l'air et de la théorie fumeuse, mais plutôt sur une analyse complète des données dont on dispose aujourd'hui, et qui annoncent ce désastreux résultat.

Comme chacun sait, l'élection aux États-Unis ne se fait pas à la majorité des électeurs, mais à la majorité des grands électeurs par États. Ainsi, pour devenir président des États-Unis, il faut obtenir 270 de ces grands électeurs sur un total de 538. Ce nombre de grands électeurs est calculé par État en fonction de l'évolution démographique. Ainsi, le nombre actuellement attribué de grands électeurs de chaque État a été calculé sur la base du dernier grand recensement effectué aux USA, en 2010, et la répartition actuelle est la même que celle qui a été appliquée à l'élection de 2012 (Barack Obama réélu face à Mitt Romney). A noter que lors du dernier grand recensement, les États du Nord-Est ont perdu majoritairement des grands électeurs, au profit de ceux du grand Sud, ce qui aura son importance (j'y reviendrais).

Quand l'analyse des primaires démontre que Trump est le probable futur 45eme président des Etats-Unis.

Parlons maintenant des Swing States. Ce qu'il faut savoir, c'est que sur l'ensemble des élections présidentielles depuis 2000, un certain nombre d'états votent toujours pour le même parti. Ainsi, sur l'ensemble des 50 États constituant les États-Unis, et cela en 2000, 2004, 2008 et 2012, seulement 10 ont changé de couleur politique à au moins 1 reprise. Il s'agit des États du Nevada, Colorado, New Mexico, d'Iowa, de l'Indiana, Ohio, Floride, Virginie, Caroline du Nord, New Hampshire.

Quand l'analyse des primaires démontre que Trump est le probable futur 45eme président des Etats-Unis.

Ainsi, on peut prédire sans grand risque de se tromper que la prochaine élection se jouera toujours sur ces 10 seuls États, les 40 autres ayant une chance proche de zéro de changer de couleur. C'est important, car cela signifie que avant même le début de la campagne électorale, les démocrates partent à la présidentielle avec un potentiel de 242 grands électeurs déjà acquis, et avec seulement 28 de plus à conquérir sur ces fameux Swing States pour s'assurer de gagner la présidentielle. A coté, les républicains ne partent "que" avec un total de 180 grands électeurs déjà acquis, et donc un total de 90 supplémentaires à engranger pour gagner l'élection.

Quand l'analyse des primaires démontre que Trump est le probable futur 45eme président des Etats-Unis.

Sur le papier donc, l'élection se présente bien pour le candidat démocrate, probablement Madame Clinton.

Et pourtant, ce serait une grave erreur de croire que tout est gagné pour elle.

En effet, les Républicains ont clairement le vent en poupe. Ce qu'il faut voir, c'est que entre son élection de 2008 et 2012, le Président Obama a perdu 2 grands États, l'Indiana et la Caroline du Nord, soit un total de 26 grands électeurs (que je comptabilise aujourd'hui dans les Swing States, mais qui ont donc une forte probabilité de rester républicains). Également, il ne s'est imposé que de justesse en 2004 en Floride, Virginie et Ohio, également 3 États Swing States qui totalisent 60 grands électeurs, et qui penchent naturellement plutôt vers les républicains ! Pour résumer, sur le papier, un total de 86 grands électeurs semblent acquis au sein des Swing States pour devenir ou rester républicains ... et on se rapproche des 90 à atteindre. Mais ce n'est pas tout.

Maintenant, étudions les primaires républicaines et démocrates qui se jouent actuellement, et ont livré leurs résultats dans déjà 7 de ces 10 Swing States. Et qu'est-ce qu'on y observe ?

Quand l'analyse des primaires démontre que Trump est le probable futur 45eme président des Etats-Unis.

Dans ces 7 États, la somme des militants républicains qui se sont déplacés pour la primaire est systématiquement et toujours supérieure à celle des démocrates. On peut relativiser en considérant qu'un fan de Marco Rubio ne votera peut-être pas pour un Trump. Le fait est que la réciproque est tout aussi vraie, un fan de Sanders n'étant pas plus automatiquement additionnable à une Clinton.

Je ne prétends sincèrement pas que mon analyse est infaillible, et il est à souhaiter que des électeurs républicains ne se retrouveront pas dans le discours de Trump. Mais le fait est que Clinton est pour beaucoup de républicains autant un repoussoir qui pourrait les conduire à voter pour le candidat républicain, quel qu'il soit. Un peu comme en France nombre d'électeurs de droite ont voté pour Sarkozy en 2012 malgré le fait qu'ils aient été clairement déçu par son bilan, et un peu comme nombre d'électeurs "de gauche" votent et voteront finalement PS malgré leur haine (réelle) pour le gouvernement actuel.

Ainsi, et si on s'en tient à l'analyse du réservoir de voix démocrates / républicains, le constat est sans appel : les républicains ont le vent en poupe plus que les démocrates en Iowa, au New Hampshire, au Nevada, en Virginie, en Caroline du Nord, en Floride et en Ohio. Soit un total de grands électeurs de ... 91. Soit 1 de plus qu'il n'en faut pour que Trump ne devienne président des États-Unis.

Vous considérez qu'il ne s'agit après tout que de primaires, et que le nombre de votants aux primaires n'est pas représentatif du nombre de votants aux présidentielles ? Alors voici un tableau comparant pour ces 7 états le nombre de votants aux présidentielles de 2012, et le nombre de votants aux primaires de 2016 (cumul démocrates et républicains).

(les valeurs correspondent à des milliers)

(les valeurs correspondent à des milliers)

Comme vous pouvez le constater, en Virginie, Caroline du Nord, Floride et Ohio, plus de 46% du stock des électeurs qui ont voté à la présidentielle de 2012 et voteront à la présidentielle de 2016 (à quelques variations minimes près) ont voté aux primaires ! Mieux, 74% du stock des électeurs du New Hampshire a voté ! Autant dire que le résultat du vote du New Hampshire à la présidentielle de 2016 est déjà connu, et qu'il s'agit là encore d'un État basculant à l'heure actuelle dans l'escarcelle des républicains, donc de Trump.

N'écoutez donc plus les chroniqueurs qui vous parlent des élections aux USA sans avoir analysé l'ombre d'une donnée, et comprenez que ce qui ne semblait qu'un scénario catastrophe il y a encore 6 mois est plus qu'en passe de devenir la réalité.



Article initialement publié sur Linkedin :
https://www.linkedin.com/pulse/quand-lanalyse-des-primaires-d%C3%A9montre-que-trump-est-le-poirier?trk=prof-post

Trump peut-il encore atteindre le nombre de 1237 délégués pour être automatiquement investi ?

Publié le par GrandNicolas

NB : Je précise que je n'ai aucune sympathie pour Donald Trump, mais passionné de politique et d'histoire des États-Unis, ces primaires et la candidature de ce dernier m'intéressent tout particulièrement.


Seulement 16 États (sur les 50 que comptent les États-Unis) n'ont pas encore voté pour les primaires républicaines de 2016. Ces 16 États attribuent un total de 769 délégués pour la convention républicaine désignant le candidat républicain à la maison blanche.

Depuis la primaire du Colorado, Trump se retrouve à 758 délégués, tandis que Cruz se rapproche à 558, Kasich faisant office de trublion à 144.

Pour gagner, Trump doit impérativement remporter 479 délégués (1237 - 758).

Jusqu'à maintenant, la majorité des élections états par états ont été à la proportionnelle. Puis est venu le temps à la mi-mars des élections knock-out, où le gagnant de l'état remporte soit la totalité des délégués (winner-take-all), soit l'immense majorité (winner-take-most).

Trump peut-il encore atteindre le nombre de 1237 délégués pour être automatiquement investi ?

Pour les 16 États restant, et vu la tendance actuelle, il semble que Trump soit parti pour l'emporter dans 11 d'entre eux. Il s'agirait des États de New-York, Pennsylvanie, Virginie Occidentale, Rhode Island, Connecticut, New Jersey, Delaware, Maryland, Washington, Oregon et Californie. Ces états représentent un total de 596 délégués, sauf que seuls deux d'entre eux sont des "take all" (New Jersey et Delaware, 67 délégués pour Trump), et trois autres sont des "take most" (Pennsylvanie, Maryland, Californie, 281 délégués maximum pour Trump). Les autres, représentant un total de 248 délégués, sont des États à la proportionnelle, ce qui diminue grandement le nombre de délégués potentiels pour Trump. L'hypothèse particulièrement haute serait qu'il en emporte 50%, soit quand même 124 délégués.

Trump peut-il encore atteindre le nombre de 1237 délégués pour être automatiquement investi ?
Trump peut-il encore atteindre le nombre de 1237 délégués pour être automatiquement investi ?
Trump peut-il encore atteindre le nombre de 1237 délégués pour être automatiquement investi ?

(3 sondages récents démontrant les chances de Trump des états de l'Est)

Pour résumer, sur ces 11 États acquis sur le papier pour Donald Trump, ce dernier peut espérer y gagner un très grand maximum (improbable) de 472 délégués sur 596 disponibles, un nombre de toute façon insuffisant pour atteindre la barre des 479 qu'il lui manque à ce jour.

Au vu des résultats précédents, Cruz l'emportera très certainement dans les états du Montana, Dakota du Sud et Nebraska. S'agissant de 3 États "take all", cela lui fait automatiquement 92 délégués, et autant de moins disponibles pour l'escarcelle du Trump.

2 États apparaissent comme indécis, l'Indiana et le Nouveau Mexique, et représentent un total de 81 délégués. Indécis, car il s'agit à la fois de Swing States aux élections nationales (États ayant déjà basculé à une ou plusieurs reprises des démocrates aux républicains, ou inversement), mais aussi parce qu'ils se situent dans une sorte de "no mans land" entre territoires pro Trump et contre Trump.

Maintenant, c'est l'Indiana qui devrait se montrer déterminant, car l'élection dans cet État arrive tout de suite (le 3 Mai) après une vague d'élections (le 26 Avril) dans les États de l'Est du Connecticut, Delaware, Maryland, de la Pennsylvanie et de Rhode Island, qui devraient sans exception voter Trump. Dès lors, il est certainement à craindre que sur l'effet de la vague, l'Indiana ne soit emporté à son tour par Trump, qui aurait alors un boulevard pour remporter l'investiture, atteignant alors un total maximum de délégués égal à 1288 (maximum, mais avec une bonne marge de sécurité sur les 1237 nécessaires).

Tout l'enjeu pour Trump est donc de remporter New York le plus largement possible (ce qu'il s'apprête à faire, les sondages le plaçant à 54%, contre 22 pour Kasich et 17 pour Cruz) pour déclencher une vague monstre sur les 5 autres États de l'Est votant quelques jours plus tard, et créer ainsi une dynamique qui emportera l'Indiana dans la foulée. Si les choses se passent bien ainsi, alors il aura accompli 99% du chemin restant vers l'investiture.

Et, comme je l'expliquais dans cet autre article, il serait alors bel et bien en route vers la maison blanche.


NB - Edit du 24 Avril 2016 : Comme prévu dans cet article, Trump a bien remporté l’État de New-York, et surtout, avec un score écrasant qui lui donne bien l'élan nécessaire pour gagner les 5 primaires du mardi 24 Avril, puis l'Indiana dans la foulée. A ce jour, Trump est susceptible de remporter 134 délégués aux primaires du Mardi 24 Avril, ce qui l'amènerait à un total de 981 délégués avant l'Indiana.
Voici un tableau projetant le nombre de délégués que chaque candidat républicain peut atteindre à chaque primaire selon les tendances actuelles (Trump émarge à 1282 délégués à la fin de la dernière primaire ...)

Trump peut-il encore atteindre le nombre de 1237 délégués pour être automatiquement investi ?